Agence Drodelot

les gardiens des délices

2012 - Festival des jardins - Chaumont sur Loire (41)

2012 ProgrammeJardins des délices jardins des délires Budget11 000€ht Surface320 m²
left
right
CHAUMONT01_mainCHAUMONT02_mainCHAUMONT03_mainCHAUMONT04_mainCHAUMONT05_main

 

Les Gar­diens des Délices

Depuis quelques temps déjà, nous avons pu consta­ter qu’une cer­taine forme de “vie” dis­pa­rais­sait pro­gres­si­ve­ment de nos jardins.

Ces pré­sences, si ras­su­rantes pour le jar­di­nier, étaient et res­tent pour­tant un élé­ment indis­pen­sable au bon déve­lop­pe­ment et à la pré­ser­va­tion des délices culti­vés dans nos jardins.

Alors où sont pas­sés nos épouvantails !

Face à ce constat d’extinction de leur peuple, ces per­son­nages sou­vent hauts en cou­leurs, der­rière leur phy­sio­no­mie débon­naire et pla­cide, ont décidé de se mobiliser.

Ils se sont ras­sem­blés pour créer un col­lec­tif afin de rap­pe­ler leur bon sou­ve­nir à tous les jar­di­niers, remettre des racines dans le quo­ti­dien, réta­blir un équi­libre entre le passé et l’avenir.

Les épou­van­tails, gar­diens des délices de nos jar­dins,  mani­festent sous nos yeux dans une ambiance festive.

Ils affichent, pour le bon­heur de tous, leurs plus déli­rants accou­tre­ments ; cha­cun riva­li­sant d’ingéniosité et arbo­rant fiè­re­ment son cos­tume le plus dissuasif.

Issus des ter­roirs les plus divers, ils expriment leurs dif­fé­rences en par­ta­geant avec les pro­me­neurs qui se joignent à eux, des regards com­plices et des sou­rires de connivence.

Les visi­teurs qui che­minent parmi ces nobles gar­diens découvrent des idées et des astuces propres à leur redon­ner l’envie de créer, chez eux, leur épouvantail.

Ce che­min les conduira au centre du jar­din, où les attendent une Gar­dienne et un Gar­dien des Délices, avec les­quels ils pour­ront par­ta­ger un moment … inter­ac­tif, une idée d’harmonie entre la culture du sol et celle de l’esprit.

« Ce jar­din est un temple où de vivants gar­diens affichent d’étranges aspects ; le jar­di­nier y passe à tra­vers cette assem­blée d’épouvantails qui l’observe avec des regards familiers. »